Cahiers du Cinéma - Serge Toubiana: Voyages

3 juin 2017

- REVIEW

" Voyages n’est ni tout à fait un documentaire ni tout à fait une fiction. C’est un film entre-deux, toujours sur la frontière, en équilibre instable. La mise en scène est bâtie sur des éléments de scénario : au début du film, ces voyageurs dans un bus qui traverse la Pologne, vieux Juifs d’origine polonaise qui visitent un cimetière à la recherche des tombes de leurs parents, frères ou soeurs, ou encore amis, ne sont pas saisis sur le vif par une caméra documentaire. Les saynètes sont jouées, les places assignées, le rôles appris par des «acteurs» qui ont lu le scénario.
Mais ce scénario raconte leur histoire, s’inspire de leurs vies, utilise leurs mots, “rejoue“ leurs émotions. Emmanuel Finkiel réussit à entretenir le doute, voire à le cultiver. Il fait naître un sentiment de vérité, sans nier l’ambiguïté même de sa démarche de cinéaste. C’est toute la force de Voyages, construit autour de trois histoires qui entretiennent des résonances secrètes et finissent par tisser une vraie trame fictionnelle (certains personnages réapparaissent d’une histoire à l’autre).
Son sujet est la diaspora, la dispersion à travers le monde des Juifs, y compris des Juifs d’Israël : le dernier épisode, le plus émouvant, filme une vieille juive russe débarquée dans un pays où, comble du paradoxe, plus personne ou presque ne parle yiddish, et qui est à la recherche d’une cousine qu’elle n’a pas vue depuis trente ans..."

Image illustrating article Cahiers du Cinéma - Serge Toubiana: Voyages

" Voyages n’est ni tout à fait un documentaire ni tout à fait une fiction. C’est un film entre-deux, toujours sur la frontière, en équilibre instable. La mise en scène est bâtie sur des éléments de scénario : au début du film, ces voyageurs dans un bus qui traverse la Pologne, vieux Juifs d’origine polonaise qui visitent un cimetière à la recherche des tombes de leurs parents, frères ou soeurs, ou encore amis, ne sont pas saisis sur le vif par une caméra documentaire. Les saynètes sont jouées, les places assignées, le rôles appris par des «acteurs» qui ont lu le scénario.
Mais ce scénario raconte leur histoire, s’inspire de leurs vies, utilise leurs mots, “rejoue“ leurs émotions. Emmanuel Finkiel réussit à entretenir le doute, voire à le cultiver. Il fait naître un sentiment de vérité, sans nier l’ambiguïté même de sa démarche de cinéaste. C’est toute la force de Voyages, construit autour de trois histoires qui entretiennent des résonances secrètes et finissent par tisser une vraie trame fictionnelle (certains personnages réapparaissent d’une histoire à l’autre).
Son sujet est la diaspora, la dispersion à travers le monde des Juifs, y compris des Juifs d’Israël : le dernier épisode, le plus émouvant, filme une vieille juive russe débarquée dans un pays où, comble du paradoxe, plus personne ou presque ne parle yiddish, et qui est à la recherche d’une cousine qu’elle n’a pas vue depuis trente ans..."

2 Articles associés