Entretien avec Jérôme Prieur - Ma vie dans l'Allemagne d'Hitler

17 janvier 2019

- ARTICLE

S’appuyant sur des témoignages d’exilés ayant fui le nazisme, le film documentaire en deux parties de Jérôme Prieur « Ma vie dans l’Allemagne d’Hitler » dévoile une passionnante vision intime de l’histoire.
 

Image illustrating article Entretien avec Jérôme Prieur - Ma vie dans l'Allemagne d'Hitler

Comment est né ce projet ?

Jérôme Prieur : Après mon précédent film pour ARTE, « Les Jeux  d’Hitler », j’ai découvert par hasard une enquête lancée en 1939 par l’université  de  Harvard,  auprès  d’exilés  allemands.  Le  thème  était : “Ma vie en Allemagne avant et après le 30 janvier 1933”, date de la nomination d’Hitler comme chancelier  du  Reich.  Ont  été  recueillis 281 témoignages écrits par des hommes et des femmes de confessions et d’obédiences politiques variées, réfugiés aux États-Unis, en France, en Angleterre, en Suisse  et  ailleurs.  Leurs  récits, demeurés  quasiment  inconnus, témoignent de la transformation de  l’Allemagne  lors  de  la montée au pouvoir des nazis. En commençant à les déchiffrer, je me suis senti comme un archéologue qui  pénètre  dans  une  chambre secrète.

Comment avez-vous opéré le choix des textes ?

J’en ai sélectionné une soixantaine et les ai soumis au professeur allemand Detlef Garz, qui a consacré sa vie à l’étude de ce fonds. Il m’a conforté  dans  mes  choix. Avec une  équipe  d’étudiants germanistes et le concours de l’historienne Isabelle Davion, j’ai ensuite extrait de ces destins personnels des  épisodes  révélateurs  de  la nazification de l’Allemagne. Cette myriade de témoignages, remarquablement portés par la comédienne  et  chanteuse  berlinoise Ute Lemper, permet de raconter à plusieurs voix, comme une sorte de grand oratorio, la manière dont la vie quotidienne et la vie privée ont été transformées par la terreur, puis par l’adhésion de la société au régime. Le film montre la docilité, la lâcheté, la soumission, la servitude volontaire : des comportements qui restent d’actualité...

Les images qui composent le film ont rarement été montrées...

Par principe, j’ai écarté les images officielles et utilisé beaucoup de films amateurs. Pour moi, ils ont souvent une véritable puissance cinématographique  et  dramatique. Quand on observe la meute humaine à l’affût autour de Goering lors d’une scène de chasse, on ne peut s’empêcher de penser à d’autres traques, à la sinistre Nuit de cristal, aux pogroms contre les Juifs des 9 et 10 novembre 1938. C’est la force de certaines images d’archives : tout en captant un moment particulier de l’histoire, elles évoquent ce qui reste invisible, implicite, latent. C’est grâce à cet écart entre ce que nous voyons et ce que nous imaginons que la représentation du passé peut nous troubler et nous atteindre.

 

Propos recueillis par Laure Naimski