Léonard de Vinci - L’ombre du doute

4 novembre 2019

- ARTICLE

Frédéric Wilner (« Toutankhamon , le trésor redécouvert ») a suivi la restauration d’une version de "La Vierge au fuseau", dont la paternité pourrait être attribuée au maître de la Renaissance. Gros plan, à la faveur de la rétrospective qui s'ouvre le 24 octobre au Louvre.

Image illustrating article Léonard de Vinci - L’ombre du doute

Dans quelles circonstances vous êtes-vous trouvé dans la boucle de cette restauration ?

Frédéric Wilner : Par un heureux hasard ! D’un précédent film, je connaissais la restauratrice Cinzia Pasquali, une sommité dans son domaine – c’est à elle déjà que le Louvre avait confié la restauration de La Sainte Anne de Léonard de Vinci. Un jour, donc, je la rencontre et elle me dit : “Il faut que je te montre quelque chose.” Je me rends dans son atelier, où elle me dévoile cette Vierge au fuseau et son histoire. Celle-ci a vraisemblablement été exécutée au tout début du XVIe  siècle, puis on a perdu sa trace pendant trois cents ans. Le tableau est réapparu en 1809, lorsqu’il a été acheté aux enchères par un aristocrate britannique. D’Angleterre, il est ensuite passé de collectionneur en collectionneur, des États-Unis au Canada.

 

Des doutes sur l’identité du peintre s’étaient-ils déjà faits jour ?

Frédéric Wilner : Dans le passé, certains experts s’étaient interrogés sur l’auteur du tableau. Mais c’est seulement lorsque Cinzia Pasquali a commencé à nettoyer la couche picturale que l’on a pensé que cette Vierge au fuseau valait peut-être mieux qu’une copie. Il en émane une lumière, une transparence singulières – autant d’éléments qui ont certainement donné envie à son actuel propriétaire de le faire restaurer. Je ne suis pas un expert, mais qu’il puisse être attribué à un maître comme Léonard de Vinci, j’ai tout de suite eu envie d’y croire.

 

Comment les choses se sont-elles enchaînées ?

Frédéric Wilner : J’ai proposé à Cinzia Pasquali de filmer un peu de son travail de nettoyage, et j’ai présenté les images montées à Hélène Coldefy, la directrice de l’unité Découverte et Connaissance d’ARTE France, qui a très vite été convaincue de la pertinence d’un projet au long cours. Car, au-delà de l’authentification ou non, il nous a semblé évident que montrer toutes les étapes du processus, à la fois la restauration matérielle et le travail d’enquête sur l’histoire du tableau, pouvait constituer une aventure inédite.

 

Quels ont été, pour vous, les moments les plus forts du tournage ?

Frédéric Wilner : Je retiendrais d'abord celui où Vincent Delieuvin, conservateur au Louvre en charge des peintures italiennes du XVIe siècle et co-commissaire de l’exposition qui s’y ouvre [voir encadré] a fait porter le tableau à la salle des États pour le comparer à La Joconde et à La Sainte Anne. Cela a été une expérience intense. Tout comme lorsque nous sommes allés à Mantoue consulter les archives de la correspondance d’Isabelle d’Este, ou lorsque la couche picturale du tableau a été analysée par les experts de l’Opificio delle Pietre Dure de Florence. Mais ce qui m’a peut-être le plus profondément marqué, c’est la patience qu’il a fallu aux experts pour assembler les pièces du puzzle.

 

Visuellement, comment vous y êtes-vous pris pour faire partager ces moments aux spectateurs ?

Frédéric Wilner : Le défi était évidemment de mettre tout cela en images de manière exceptionnelle. Il fallait à la fois maintenir la tension engendrée par l’investigation, mais aussi donner à voir chaque détail, jusqu’à l’infiniment petit lors des phases de nettoyage et de restauration. Si Léonard de Vinci en a été l’auteur, c’est dans chacun des gestes du peintre que l’on pourra le constater. Ce tableau est-il de lui ? L’est-il seulement partiellement ? Le débat est désormais ouvert et chacun peut avoir sa conviction.

 

Propos recueillis par Christine Guillemeau