Stéphane Brizé : "J'aime les mal-aimés"

28 février 2011

- ARTICLE

Le réalisateur donne quelques éléments pour mieux comprendre la génèse de son cinéma en général et du "Bleu des villes" en particulier.

Image illustrating article Stéphane Brizé : "J'aime les mal-aimés"

Une contractuelle, un gardien de prison, un huissier de justice..."Dans mon premier court-métrage, Bleu dommage, il était question d’une contractuelle handicapée. Dans L’œil qui traîne, mon deuxième court, l’un des personnages était gardien de prison. Avec Le Bleu des villes, j’ai à nouveau mis en scène une contractuelle et dans Je ne suis pas là pour être aimé, le héros, Jean-Claude, est huissier de justice. Je trouve cela intéressant de prendre des personnages mal-aimés. J’ai envie de savoir, dans leur histoire, à quoi correspond ce choix d’assumer une fonction que tout le monde déteste, cette décision d’exercer un boulot dans lequel il y a sans cesse des conflits. Evidemment, cela a souvent un lien avec l’enfance, avec le regard des parents qui a dû être défaillant ou dévalorisant. A partir de ce moment là, la question est : que faire de cette souffrance ? Est-ce qu’on reste confinés dans ce regard ou est-ce qu’on se dit qu’on vaut mieux que ça."

Stairway to heaven"J’ai écrit le scénario avec Florence Vignon qui tient le rôle de Solange. C’est également avec elle que j’ai écrit mon prochain film, Mademoiselle Chambon, adaptation d’un livre d’Eric Holder. Il y sera à nouveau question de musique, comme dans Le Bleu des villes et Je ne suis pas là pour être aimé. Cette fois, cela passera à travers le personnage d’une violoniste dont tombe amoureux le héros. J’aime bien utiliser ce ressort dans mes films parce que la musique a cette capacité de toucher des zones enfouies de la mémoire. Elle  fait écho avec des choses très profondément ancrées dans nos inconscients. Pour moi, c’est Stairway to heaven de Led Zeppelin qui me fait cet effet là."

Emissions de cuisine

"Après la sortie du film, il y a des spectateurs qui m’ont dit que la trajectoire de Solange les avait aidés à changer de vie. Il y a aussi une jeune femme qui a choisi, à la façon de l’héroïne, de lire une recette de cuisine pour l’enterrement de sa grand-mère. L’idée des recettes de cuisine que Solange lit à sa grand-mère, c’est parce que j’adore les émissions culinaires à la radio. Il faut dire que j’aime bien manger et que j’aime bien les histoires… Et puis, je trouve ça très poétique. "

2 Articles associés