Télérama - Isabelle Danel: La Rencontre

3 juin 2017

- REVIEW

" La Rencontre est une déclaration d'amour à une femme, mais aussi à la vie. La vie passe, des objets se cassent, une montre s'arrête, des oiseaux meurent, un chat s'éteint. Tout est voué à disparaître un jour. Mais ce n'est pas triste. C'est la vie. Et le miracle du cinéma, c'est de saisir les instants qui ne reviendront plus. De les saisir pour toujours.

(...) A la fois célébration et exorcisme, La Rencontre est aussi une réflexion de cinéaste. Peut-on saisir l'amour, filmer son évidence et sa force ? Voix off : « Mon père aurait dit : Couillon de la lune enfariné ! L'amour, impossible à filmer ? Mais c'est une couillonnade ! (...) Tu fais ton petit journal avec elle et puis tu filmes ce qui te touche et ce que tu aimes filmer. Et ce que tu filmes, c'est un peu comme l'amour de l'amour. Et qu'est-ce que tu en feras, bonhomme ? Et je lui réponds : je n'en sais rien, papa. »

(...)  Dans La Rencontre, expérience étrange et envoûtante, chaque plan, dans sa rigueur dépouillée, stimule l'imaginaire du spectateur. Un bocal rempli de billes multicolores, ça peut n'être qu'une jolie image, joliment éclairée. Mais ça peut être aussi l'histoire de la petite fille qui a jeté ces billes dans un jardin, et l'histoire de la personne qui les a ramassées, jour après jour, et réunies dans ce bocal. Tout l'art de Cavalier est là : faire surgir les émotions derrière les choses."

Image illustrating article Télérama - Isabelle Danel: La Rencontre

" La Rencontre est une déclaration d'amour à une femme, mais aussi à la vie. La vie passe, des objets se cassent, une montre s'arrête, des oiseaux meurent, un chat s'éteint. Tout est voué à disparaître un jour. Mais ce n'est pas triste. C'est la vie. Et le miracle du cinéma, c'est de saisir les instants qui ne reviendront plus. De les saisir pour toujours.

(...) A la fois célébration et exorcisme, La Rencontre est aussi une réflexion de cinéaste. Peut-on saisir l'amour, filmer son évidence et sa force ? Voix off : « Mon père aurait dit : Couillon de la lune enfariné ! L'amour, impossible à filmer ? Mais c'est une couillonnade ! (...) Tu fais ton petit journal avec elle et puis tu filmes ce qui te touche et ce que tu aimes filmer. Et ce que tu filmes, c'est un peu comme l'amour de l'amour. Et qu'est-ce que tu en feras, bonhomme ? Et je lui réponds : je n'en sais rien, papa. »

(...)  Dans La Rencontre, expérience étrange et envoûtante, chaque plan, dans sa rigueur dépouillée, stimule l'imaginaire du spectateur. Un bocal rempli de billes multicolores, ça peut n'être qu'une jolie image, joliment éclairée. Mais ça peut être aussi l'histoire de la petite fille qui a jeté ces billes dans un jardin, et l'histoire de la personne qui les a ramassées, jour après jour, et réunies dans ce bocal. Tout l'art de Cavalier est là : faire surgir les émotions derrière les choses."