Télérama - Jacques Morice: Au galop

3 juin 2017

- REVIEW

" Ce premier long métrage à la française est réalisé par un acteur racé, remarqué en preux producteur (Le Père de mes enfants) chez Mia Hansen-Løve. Il joue lui-même le personnage principal, un écrivain confronté simultanément à la mort de son père et à un nouvel amour. Hasard peut-être pas si malheureux que ce carambolage du chagrin et du sentiment de renaissance (...) On aurait aimé sans doute que le réalisateur-acteur prenne plus de risques. Ce décalage, ce pas de côté romanesque, on le trouve surtout dans le personnage de Marthe Keller (la mère), très bien en veuve excentrique, en aristocrate envahissante, vivant au-dessus de ses moyens. Son port gracieux, son accent savoureux de Bâle, ses airs d'illuminée plus ou moins douce : c'est assurément elle le motif le plus original du tableau."

Image illustrating article Télérama - Jacques Morice: Au galop

" Ce premier long métrage à la française est réalisé par un acteur racé, remarqué en preux producteur (Le Père de mes enfants) chez Mia Hansen-Løve. Il joue lui-même le personnage principal, un écrivain confronté simultanément à la mort de son père et à un nouvel amour. Hasard peut-être pas si malheureux que ce carambolage du chagrin et du sentiment de renaissance (...) On aurait aimé sans doute que le réalisateur-acteur prenne plus de risques. Ce décalage, ce pas de côté romanesque, on le trouve surtout dans le personnage de Marthe Keller (la mère), très bien en veuve excentrique, en aristocrate envahissante, vivant au-dessus de ses moyens. Son port gracieux, son accent savoureux de Bâle, ses airs d'illuminée plus ou moins douce : c'est assurément elle le motif le plus original du tableau."