Werner Schroeter

  • Réalisation

  • Scénario

À propos de Werner Schroeter

Werner Schroeter  commence une carrière de cinéaste expérimental, concevant notamment un film (Neurasia, 1969) destiné à être projeté sur deux écrans simultanément. La majorité de ses œuvres de jeunesse rendent hommage à l’opéra, et en particulier à Maria Callas. Avec son premier long métrage Eika Katappa (1969), il attire l’attention de la critique internationale au festival de Mannheim, puis à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes. On y découvre tous les thèmes qui vont parcourir son oeuvre : l’opéra, la chanson populaire, la théâtralité, l’utilisation de travestis dans les rôles de femme, l’obsession du temps qui passe... et on y remarque aussi celle qui deviendra son interprète fétiche, Magdalena Montezuma. Dans la mouvance du jeune cinéma allemand de l’époque (Herzog, Fassbinder, Syberberg...), Werner Schroeter apparaît comme un poète d’avant-garde dans une filiation lointaine avec Jean Genet. Ses scripts puisent autant chez Edgar Poe que dans les premiers films muets ou de l'âge d'or hollywoodien, quand les stars étaient... Lire la suite