Le vent de la mondialisation a tourné, et la Chine en profite. Pendant longtemps, elle a joué un rôle de sous-traitant pour les entreprises européennes, mais, d'année en année, elle s'est implantée en Europe et se pose aujourd'hui en recours face aux bouleversements causés par la crise financière. Elle délocalise, reprend des entreprises en faillite, remporte des marchés publics et crée des emplois : en Suède, en France, en Pologne ou en Grèce. Si les entreprises chinoises s'approprient des techniques et des équipements européens, elles apportent aussi leur savoir-faire et leurs méthodes strictes, parfois au détriment du code du travail.

 

Conquête

Magali Serre enquête sur ce phénomène, objet de tous les fantasmes, à travers quelques exemples emblématiques : de la construction d'une autoroute polonaise à l'acquisition du port du Pirée d'Athènes, des ateliers clandestins de confection de chaussures en Italie au rachat d'une usine de tracteurs en faillite en France ou au renflouement financier de Volvo en Suède. Elle a rencontré de nombreux entrepreneurs chinois, plus enclins à s'exprimer devant une caméra qu'on pourrait le croire, et contourné certaines réticences en interviewant des ouvriers inquiets, mais aussi plein d'espoir. Certaines entreprises n'hésitent pas à licencier ceux qui veulent monter un syndicat et considèrent que "les lois sociales encouragent la paresse et l'indolence". Mais cet interventionnisme chinois contribue aussi à sauver des entreprises et des emplois. Un état des lieux aussi passionnant que nuancé, effaçant certains préjugés mais révélant aussi la dureté des conditions de travail importées de l'Empire du milieu.

proposé par :

Aussi dans la sélection "Spécial bac"

Tout voir