Catherine Breillat

  • Réalisation

  • Scénario

  • Musique originale

  • Costumes

  • Auteur de l'oeuvre originale

Catherine Breillat : "Cette sincère impudeur dont je fais profession..."

28 février 2011

Bonus

À propos de Catherine Breillat

En 1976, c'est autre de ses récits qui fait scandale, Le Soupirail, et le producteur André Génovès, encouragé par la libéralisation des moeurs (en 1975, apparaissent dans les grands circuits de cinéma les films "hard"), lui propose d'en tirer une adaptation cinématographique. Sous le titre Une vraie jeune fille, le film n'est pas exploité car la faillite du producteur entraîne un bloquage des droits. Il faut attendre 2000 pour découvrir enfin ce premier long-métrage, après Tapage nocturne (1979) et 36 fillette (1987). Entre temps, Catherine Breillat continue d'écrire, notamment en participant à des scénarios les plus divers, dans une implication plus ou moins directe : pour Fellini (Et vogue le navire), Pialat (Police), Cavani (La Peau), Bellochio (Les Yeux, la bouche)... Dans Sale comme un ange (1991), qui lui vaut une nouvelle attention particulière de la critique, violemment hostile ou curieuse d'une oeuvre atypique, elle réunit Lio et Claude Brasseur, mais... Lire la suite